Dossiers en ligne : témoignage associatif

Témoignage de Mme Pascaline Toulouse de l’association AJFD, Avenir des Jeunes Filles de Dapaong – Togo.

« Les avis du jury me paraissent indispensables car ces observations permettent d’améliorer la présentation des futurs projets. »

 

téléchargement (14)

logo association AJFD

Quel sont les plus et les moins du dossier en ligne ?

PT : « Le plus, c’est le gain de temps, d’argent, moins de papier utilisé et donc une très bonne chose pour l’environnement. Avoir aussi un modèle unique permet de mieux comprendre les différentes sections, comme le budget ou les actions. Ce qui est très pratique, c’est d’ajouter ou d’ôter des actions, ce qui permet de mieux gérer, dans la demande de financement, ce que nous allons faire et quand.
Les moins, c’est que parfois nous avons du mal à nous connecter à la plateforme ou le fait d’avoir un seul accès à l’espace association et de le partager avec les autres membres de l’association. Ce serait bien d’avoir plusieurs utilisateurs par compte association. Parfois, aussi, le site est lent quand nous approchons de la clôture des dossiers. »

AMP : « C’est grâce à un témoignage de retour d’expérience sur l’utilisation de notre plateforme que nous essayons d’améliorer nos services. »

 

Sollicitez-vous plusieurs bailleurs sur un seul dépôt de dossier sur le site de l’AMP ?

PT : « Oui, mais ce n’est pas toujours très bien expliqué aux porteurs de projets car c’est nouveau. Il faudrait peut-être indiquer, dès le début de l’appel à projet, les partenaires de l’Agence des Micro-Projets qui participent pour l’appel à projet et surtout pour quel genre de projet. On voit que vous avez beaucoup de partenaires mais ils ne sont pas trop visibles dans les appels à projets. »

AMP : « Nous avons à ce jour 5 bailleurs sur notre plateforme. De nouveaux outils vont nous permettre de leur donner davantage de visibilité. Nous pourrons ainsi récolter le témoignage des bailleurs et vous les communiquer. »

 

Pensez-vous qu’il faudrait une seule plateforme de dépôt de dossier pour tous les microprojets ?

PT : « Si c’est possible qu’il y ait une plateforme pour chaque thème, ça aiderait les associations pour les dépôts de dossiers dans les choix et en même temps cela faciliterait à AMP le traitement des projets déposés. »

 

Que pensez-vous des avis du jury en ligne et consultable ?

PT : « Les avis du jury me paraissent indispensables car ces observations permettent d’améliorer la présentation des futurs projets. Ces avis me servent aussi pour des projets avec d’autres bailleurs. Le fait aussi d’avoir des avis des experts de l’AMP et des jurys externes nous permet de mieux comprendre les points importants de nos actions à mettre en place avec le partenaire local. »

AMP : « Cette observation ressort aussi du témoignage de nos jurys externes. Ils et elles trouvent important que les associations aient accès à leurs avis post évaluation. »

 

Utilisez-vous les réseaux sociaux et suivez-vous l’AMP sur Facebook ?

PT : « Je suis régulièrement l’AMP sur Facebook et je viens de créer un groupe pour notre association sur Facebook. Nos partenaires locaux et même les bénéficiaires suivent les informations sur Facebook, c’est le seul moyen au Togo avec un téléphone mobile car il n’y a pas d’ordinateurs ou pas d’internet. »

 

Quelles seraient les choses à améliorer sur le dossier en ligne ?

PT : « La partie budget nécessite un peu plus de détails sur les postes de dépenses pour chaque thème de projet. Il faudrait peut-être plusieurs versions du budget selon les thématiques et les détails. »

 

Utilisez-vous la plateforme de finance participative Microprojets.org pour collecter des fonds complémentaires ?

PT : « J’ai utilisé une fois la plateforme de finance participative pour un projet pour lequel j’avais obtenu la moitié du budget initial. Je n’ai reçu aucune réponse. A moins que les réponses soient directement envoyées à l’AMP. Il est toujours dur de récolter des financements, il faut solliciter tout le monde et c’est pareil avec le financement participatif. Cela aide mais il faut s’impliquer et y passer beaucoup de temps. Notre espoir est que cela se développe car c’est aussi important pour que les gens sachent tout ce que nous faisons dans les pays et avec quels moyens. »

Partagez cette actualité

Commentaires